Votre orthodontiste à Bienne et au Seeland.

Les remboursements des coûts pour un traitement orthodontique sont uniquement pris en compte par une assurance complémentaire (LCA).

Celle-ci doit être effectuée avant l’âge de 4 ans révolus sans la nécessité d‘une attestation établie par un médecin-dentiste.

Si l’enfant présente un problème orthodontique ou une occlusion incorrecte avant d’avoir été assuré, les frais ne seront pas pris en charge.
Si pendant le traitement, le patient change d’assurance ou ne remplit pas le formulaire de manière correcte, l’assurance est en droit de refuser le remboursement.

Une assurance dentaire supplémentaire n’est pas forcément recommandée de par sa prime très élevée, d’autant plus que celle-ci ne couvre pas nécessairement les frais d’un traitement orthodontique.

Une bonne couverture auprès d’une assurance complémentaire LCA rembourse 75% ou plus des traitements orthodontiques sans plafond annuel. Celle-ci peut-être activée à tout âge et cessé également selon vos souhaits, l’âge n’étant pas un critère (idéal pour les adultes).

Exemple à lire: Visana (LCA) CC – Visana rembourse jusqu’à 80% un montant maximal de CHF 10’000. Le traitement orthodontique peut atteindre CHF 12’500 (80% seront calculé sur CHF 10’000).

L’AMAL

L’assurance de base (LAMal) ne prend pas en charge les traitements orthodontiques.
Parfois, il y a des exceptions lorsqu’une dent est incluse dans l’os. Ce genre de situation sera pris en compte seulement si tous les critères exigés par l’assurance sont établis.

L’AI

Seul les spécialistes en orthodontie (CH) sont autorisés à mesurer les téléradiographies exigées par l‘assurance AI.
A partir de 20 ans révolus les coûts ne seront plus pris en charge.

Tout au long de la consultation et diagnose orthodontique, les patients seront informés si les critères rentrent dans les attentes de l’AI.

Les formulaires pour l’AI seront fournis pendant l’entretien d’information, ceux-ci seront remplis par les parents et envoyés directement à l’assurance-invalidité (AI).

CONTRIBUTION DE LA COMMUNE

Une contribution de la commune sera prise en charge seulement suite à une expertise auprès d’un expert en orthodontie, affirmant la nécessité selon les conditions soutenues ainsi que tous les critères exigés.

Toutefois, même si une nécessité du traitement est confirmée, le remboursement peut être refusé. Si celui-ci ne remplit pas les critères des exigences, si le patient est couvert par une assurance complémentaire (LCA) pouvant couvrir les frais, ou la déclaration des impôts représente une fortune au-dessus du minimum accordé pour un remboursement, ainsi que lorsque la commune n’est pas en mesure de couvrir les dépenses spécialement conçues pour le traitement orthodontique.

Dès que toutes les conditions sont totalement remplies le dossier sera transmis à un expert en orthodontie directement par nous.

Les coûts pour un traitement orthodontique peuvent varier selon la nécessité du traitement ou des souhaits du patient ainsi qu’au tarif SSO calculé. Par la suite il y a le tarif privé taxé à CHF 3.50, le tarif de l’assurance sociale AI, l’assurance obligatoire ainsi que les remboursements de la commune, calculés avec un tarif de CHF 3.10.

Un soutien personnel vous sera accordé, tout au long du premier entretien. Notamment les détails par rapport au plan du traitement orthodontique, les différentes possibilités de financement afin que toutes les conditions générales soient appariées dans la mesure du possible.